« The Winner’s Trilogy » de Marie Rutkoski (sans spoiler)

Il y a peu j’ai terminé de lire The Winner’s Trilogy de Marie Rutkoski, je vous donne mon avis sur ces livres qui m’ont fait plonger dans une histoire différente de mes lectures habituelles.

Je me suis laissée tenter par ces livres suite aux différents avis positifs que j’ai vu sur Instagram et Twitter. J’avais peur de ne pas me laisser embarquer car nous sommes loin des histoires fantastiques, dystopiques ou héroïques avec toute une ribambelle de super-pouvoirs. Non rien de tout ça ! Nous sommes sur un récit guidé par trois mots : épique, stratégique et romantique.

Pour vous mettre un peu dans le bain, voici le résumé du premier tome de la saga, intitulé The Curse.

« Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise. 

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage. » 

Ce premier tome place l’univers dans lequel évoluent nos personnages. On comprend rapidement que les jeux, les faux-semblants et la stratégie sont au coeur de cette histoire. Les dernières pages vous incitent bien évidemment à lire la suite car on comprend que ce n’est que le début, qu’il y a de nombreux évènements à venir.

Kestrel n’est pas l’héroïne la plus attachante, elle peut même paraître assez pénible, en revanche elle est intelligente même si ce n’est pas dans ce tome qu’elle développe le plus ses talents de stratège.

Quant à Arin, il est en revanche attachant et le développement de son personnage est très bien mené.

Pour cette fois, je veux bien vous dévoiler le résumé du second tome, attention, c’est à vos risques et périls…après si ça peut vous convaincre de lire la trilogie, libre à vous :

Ce tome 2 ne rend pas vraiment justice à Kestrel lui non plus. On voudrait comprendre ses agissements mais ils semblent sans intérêts tandis que Arin progresse toujours plus, on le voit réellement progresser dans cette histoire. C’est peut-être le sentiment recherché par l’auteure : Kestrel limitée, « prisonnière » et Arin libre comme l’air ou presque.

Le troisième et dernier tome est sans conteste mon préféré. Avec le mariage il m’a fallu un peu de temps avant de m’y plonger mais une fois que j’ai passé les cent premières pages, impossible de décrocher !

Enfin nous voyons Kestrel telle qu’elle est vraiment, sans mensonge. J’ai appris à apprécier le personnage au fil des pages. Arin est lui à l’apogée de l’évolution qui lui a été accordée tout au long de cette histoire. Il y a une scène que j’ai particulièrement appréciée, durant laquelle j’ai eu l’impression d’avoir un film sous les yeux. Deux scènes qui se déroulent en même temps, l’une côté Arin, l’autre côté Kestrel. Elles sont décisives pour l’issue du récit, les paragraphes alternent chaque vision, et la stratégie de Kestrel est orchestrée magistralement ! J’ai essayé de deviner son plan au fil des lignes et c’est au moins où elle s’apprête à révéler sa stratégie que j’ai compris. J’ai aimé cette surprise bien menée.

Même si j’ai eu un peu de mal avec les scènes de combats (j’en ai passé certaines je l’avoue…c’est vraiment quelque chose qui n’arrive pas à m’intéresser), j’ai beaucoup aimé cette trilogie qui contenait de bonnes surprises. Bien sûr, le côté dystopique m’a manqué, c’est décidément le genre que je préfère, mais ça fait du bien de changer un peu de temps en temps.

J’ai commencé une autre saga il y a quelques jours (Le Joyau), et je guette avec grande impatience le tome 4 (en français) de la saga Red Queen dont je suis fan. N’hésitez pas à me proposer vos dernières lectures coup de coeur.

Étiqueté , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *