Mes meilleures amies, mon juste équilibre

C’est un article un peu particulier que je vous propose aujourd’hui. J’avais envie de vous parler de mes deux meilleures amies, de ce qu’elles m’apportent, de ces moments uniques…Un besoin de mettre en mots de beaux sentiments. 

Pendant très longtemps je me suis « interdit » d’avoir une meilleure amie. Je n’avais pas envie d’être déçue, je n’avais pas envie de prendre ces mots à la légère. Mais avec le temps, avec ce qu’on vit, on se rend compte que finalement, il y a quand même de sacrées différences qui rendent des amitiés plus fortes que les autres…et dans ces cas là, juste « amie » ne convient plus.

La semaine dernière, pour la deuxième fois j’ai eu la chance d’avoir mes deux meilleures amies avec moi et j’étais heureuse. Heureuse de pouvoir parler avec elles en même temps, heureuse de les voir parler ensemble, heureuse de pouvoir les prendre dans mes bras toutes les deux même le temps d’une soirée.

Elodie, on a fait connaissance en arrivant au lycée et c’était évident. Pour moi en tout cas, parce que si je me souviens bien je n’étais pas toujours facile à vivre. Je me souviens comme j’ai pleuré quand elle m’a annoncé son déménagement, à l’autre bout de l’Île-de-France, j’étais en larmes, j’avais trop peur. Dans le fond ce n’était pas si loin mais la distance me faisait peur. Et puis finalement…ça n’a pas changé. Je pense que c’est cette distance, et le fait qu’on ait pu conserver tout ce qu’on avait qui m’a fait affirmer qu’elle était ma meilleure amie. Eh oui…ça renforce !

On a fait nos études chacune de notre côté sans s’éloigner, on a suivi nos différents projets, nos échecs, nos réussites, nos peines, nos joies et on en veut toujours plus ! De nos premières sorties d’adolescentes à Paris à nos vacances/séjours à Deauville, en Espagne ou à Londres…on a su savourer des moments parfait. Il y a des amitiés « faciles » qui font leur route naturellement, et je dirais que la notre est bien de celles-ci, sans prise de tête, sans hésitation, sans crainte. On approche doucement d’une belle décennie d’amitié et je ne me souviens plus des années où elle n’était pas là. Ce qui arrive bientôt promet encore de très bons moments, parce que là je te le dis, à toi : je te fais confiance.

Julie, il y a encore un an nous ne nous étions jamais vu. Il y a des coups de coeurs comme ça…et je ne pensais pas que ça puisse m’arriver un jour, pas de cette façon, pas sur un réseau social et encore moins à ce moment où je pensais avoir bien défini mon cercle d’amis. Quand je l’ai vu en photo pour la première fois j’avais l’impression de déjà la connaître c’était presque déstabilisant. Pendant des mois nous avons eu des conversations en permanence (je ne blague pas, même mon amoureux commençait à s’inquiéter), c’était une obsession de se répondre. J’étais malade dès que je n’avais pas de réponse dans l’heure, je me suis mise dans des états pas possible sans l’avoir jamais vu en vrai (et même après d’ailleurs) juste parce que je savais qu’elle n’allait pas bien, je fais attention à ce que je dis et là je n’avais peur de rien avec elle, même pour des conversations très personnelles.

Et quand on a pu se voir en septembre dernier, c’était encore plus évident, comme si ce n’était pas la première fois. Depuis nous avons pu nous voir trois autres fois pendant quelques jours et à chaque fois c’est un pur bonheur. En fait ça a tout du coup de foudre finalement quand j’y repense. Juste quelques mots ce soir du 24 avril 2016 et je savais qu’il y avait quelque chose, j’étais tellement heureuse de parler à une « inconnue » moi qui suit très méfiante, c’est…inexplicable encore maintenant quand on en reparle. La distance est là (Paris-Toulouse) mais même si ce n’est pas toujours facile, on y arrive, et on y arrivera toujours. Nous nous sommes encore quittées sans savoir quand on se reverrait mais ça me paraît indispensable d’imaginer une prochaine fois que je vois bien…à l’automne !

Il n’y a pas un seul jour sans que je pense à vous les filles…A vous, à ce que nous avons, ce que nous aurons, ce que nous partagerons. Je vous aimes, pour celles que vous êtes, pour votre soutien, pour ce que vous construisez pour vous aussi. J’ai souvent été avare de « je t’aime » mais avec vous, impossible. (et merci à nos amoureux respectifs qui font aussi ce que nous sommes aujourd’hui…je pense…oh et puis un peu parce qu’ils sont trop géniaux 😉 )

Je vous souhaite d’avoir des amies comme elles, sur qui on peut compter, avec qui on peut tout partager. Et si vous aussi vous avez une déclaration à faire à vos meilleures amies, ou simplement écrire ce que vous avez sur le coeur à leur sujet, alors je vous lirais avec plaisir (comme toujours).

Étiqueté , ,

1 thought on “Mes meilleures amies, mon juste équilibre

  1. Comme toujours, des frissons me parcourent le bas du dos quand je lis ce si bel article. Notre amitié n’a pas de mots. Entre l’amitié et l’amour, je ne pensais pas qu’il y avait une barrière aussi fragile. Merci d’être là, j’ai tellement de chances de te compter parmis mes meilleures amies! Tu es vraiment la fille la plus formidable que je connaisse. Merci d’être là. Merci de m’aimer. Je t’aime et je t’aimerai toujours.

    Hours are seconds.

    Julie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *